Elena, italienne aux pieds divins, Chapitre 2

View previous topic View next topic Go down

Note

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total Votes : 0
20161009

Post 

Elena, italienne aux pieds divins, Chapitre 2




Elena, italienne aux pieds divins, Chapitre 2
http://adofeet.skyrock.com/3244651420-Elena-italienne-aux-pieds-divins-Chapitre-2.html
La journée du lendemain commença très bien. Dès mon arrivée au lycée à 8h, j'ai, comme à mon habitude, regardé le tableau des professeurs absents du jour. En l'occurrence, notre professeur de Physique était absent et on devait avoir cours de 14h à 16h, ce qui fait qu'on finissait à 14h. Je me suis empressé de répendre la bonne nouvelle à toute la classe devant la salle de notre premier cours. Mais, au beau milieu du cours, je me suis tout à coup demandé comment cela allait se passer du coup avec Elena. Allions nous attendre 16h pour aller chez moi comme convenu ou partirions-nous dès 14h ? J'ai donc décidé d'aller lui poser la question à la récréation de 10h :
- Heu... c'est toujours bon pour cet aprem ? demandai-je.
- Oui, oui ! repondit-elle.
- Mais vu qu'on finit à 14h, on y va à quelle heure ? rajoutai-je.
- Bah on peut partir à 14h directement, comme ça on pourra faire nos devoirs et tout. conclua-t-elle.
Je me disais que ce devait décidemment être mon jour de chance, et cette discussion m'a rappelé ce qui allait se passer l'aprem : la fille de mes rêves allait me montrer ses pieds.
14h, le moment fatidique est arrivé. J'ai retrouvé Elena à la sortie des cours. On s'est directement dirigés vers ma maison, en discutant de tout et de rien, sans aborder le sujet. En entrant chez moi, elle a directement enlevé ses chaussures, de jolies petites bottes noires laissant apparaitre de petites chaussettes rayées noir et blanc. Je lui ai directement dit de faire comme chez elle, ce qu'elle répondit avec humour comme quoi ça tombait bien car elle avait l'habitude de rester pieds nus chez elle. Elle n'avait visiblement pas oublié pourquoi elle venait à la base, une raison assez surréaliste et inespérée pour un fétichiste comme moi. Après lui avoir proposé à boire, ce qu'elle a refusé poliment, je l'ai rejoint sur le canapé du salon.
- J'ai pas enlevé mes chaussettes, je me suis dit que ça te ferait peut-être plaisir de le faire toi-même... déclara-t-elle avec hésitation.
- Allez donne-moi ces petits pieds que je les libère. rétorquai-je en souriant.
- Désolé si ça pue un peu, ça reste des pieds quand même... avoua-t-elle alors que je m'appretais à découvrir ses petits bijoux.
- C'est pas grave. concluai-je.
Je ne lui ai pas dit directement que j'aiamis ce genre d'odeur pour ne pas l'effrayer. Mon coeur battait la chamade. J'ai pincé le bout de chacune des chaussettes en même temps avec mes mains avant de tirer délicatement, laissant apparaitre le fruit de mes fantasmes : les pieds d'Elena. Ils étaient exactement comme sur la photo, voire même encore plus beau. La plante ne laissait apparaitre aucune imperfection, avec de jolies formes parfaitement arondies.
- Ils ont l'air de te plaire dis-moi ! dit-elle en me sortant de mes pensées.
- Je... euh... oui... ils sont très jolis. avouai-je.
- C'est des pieds quoi... dit-elle en riant.
Nous avons ensuite décidé de faire nos devoirs pour le lendemain. Je ne pouvais pas m'empêcher de jeter de petits coups d'oeil pour admirer ses jolis pieds mais je pense qu'elle s'en est rendue compte. Au bout d'une heure environ, nous avions finis et avons parlé de toutes sortes de choses pendant un petit moment.
- Dis, tu sais faire les massages ? Ca te permettrait de les toucher un peu et comme ça on est tous les deux gagnants ! demanda-t-elle tout à coup.
Sans avoir besoin de répondre, j'ai saisi ses pieds et je me mis à les masser doucement avec de petites pressions précises des pouces. Je sentais leur délicate odeur arriver à moi et ça me mettais dans tous mes états. Elena soupira d'aise et sortit son portable en me demandant le code de la wi-fi. Au bout de quelques petites minutes de massage en silence, elle prit la parole subitement :
- C'est vrai que tu aimes lécher les pieds ? demanda-t-elle avec surprise.
- Euh... quoi ? Euh mais pourquoi tu me demandes ça ? paniquai-je.
- Je fais des recherches sur les mecs comme toi et je vois des trucs comme lécher les pieds, les sentir, les embrasser, et caetera. T'es comme ça toi aussi ? envoya-t-elle.
- Non, moi c'est juste que je trouve ça beau, c'est tout. mentai-je.
- Vas-y lève-toi. ordonna-t-elle.
Je me suis donc levé face à elle. C'est alors qu'elle leva sa jambe en ma direction et vint poser son pied sur mon bas-ventre, sentant ainsi clairement mon érection que je ne pouvais pas cacher vu le bonheur que je vivais.
- Allez avoue-le, toi aussi t'es un *lit sur son portable* fétichiste. déclara-t-elle.
- ... Oui je l'avoue, mais par pitié, garde-le pour toi. suppliai-je.
- Mais oui, t'inquiètes. Bon ça m'intrigue tout ça alors si tu veux je te laisse essayer de me lécher les pieds, mais si je te dis stop, c'est stop, d'accord ? proposa-t-elle.
- Oh oui d'accord, merci, merci ! acquiesçai-je avec plaisir.
- Bon et vas-y doucement, je suis très chatouilleuse ! permit-elle.
Je me suis donc rassis sur le canapé, à côté des pieds qu'elle me tendait. J'ai approché doucement ma bouche de ces objets de fantasmes avec de commencer à lécher délicatement son pied gauche. Au contact entre ma langue et sa plante de pied, je fus envahi de frissons. Les premiers ricanements ne se sont pas fait attendre.
- Tu veux que j'arrete ? demandai-je.
- Non continue, ça fait juste un peu bizarre mais j'ai l'impression d'être une princesse. autorisa-t-elle.
- D'accord princesse. concluai-je avec le sourire.
Le petit sourire complice qu'elle m'envoya en retour me suffit à me remettre à lécher doucement, plus doucement que ce que j'aurais préféré, comme si son bonheur passait avant le mien. Ses pieds étaient tellement délicieux que je fermais les yeux de plaisir, pendant que la princesse italienne continuait de pianotter sur son portable, peut-être encore à regarder les divers pratiques en lien avec ce fameux fantasme qu'elle découvrait.
- Allonge-toi par terre, tu seras mieux ! me dit-elle soudain.
- Tu te prends au jeu ? demandai-je après un instant d'étonnement.
- On va dire que j'aime bien me sentir supérieure, de temps en temps. avoua-t-elle.
Je me suis donc allongé sur le dos à son niveau, attendant ses pieds comme un bébé attend son biberon. L'être désiré ne s'est pas fait attendre puisqu'un pied d'Elena et arrivé sur mon visage, en tâtonnant pour trouver où se poser : sur ma bouche, pour que je le lèche. Mais alors que je léchais tendrement ce pied, je sentis l'autre, posé sur mon torse, glisser doucement sur mon T-shirt en direction de mon entre-jambe, passant lentement sous mon pantalon et mon caleçon. Cela ne semblait pas déranger ma princesse qui se mit à caresser mon pénis. Mon coeur battait si vite que j'en étais essouflé. Les caresses s'accéléraient et la pression du pied d'Elena s'intensifiait. Je commençais à sortir machinalement de petits gémissement pendant que je me vidais petit à petit sur son pied. Malheureusement, Elena a vite sorti son pied et a essuyé le liquide de mes entrailles sur mon T-shirt, en disant "Maintenant, à moi de m'amuser un peu".
La princesse s'est levé et m'a ordonné de la conduire à ma chambre puis de m'allonger sur mon lit. Elle est ensuite montée debout sur mon lit, à quelques centimètres de moi, et m'a demandé de me déshabiller en ne gardant que mon caleçon, pour mieux sentir le contact entre ses pieds et moi. Je me suis exécuté et suis retourné m'allonger à ses pieds. Elle a posé un de ses bijoux sur mon torse et a pris appui sur celui-ci. Elle s'est donc retrouvée debout sur moi, en me demandant si elle ne me faisait pas mal, ce à quoi j'ai répondu en lui disant de ne pas s'inquiéter pour moi. Elle m'a alors demandé d'ouvrir la bouche en grand et y a insérer son pied droit aussi profond qu'elle le pouvait avant de retirer progressivement pour ne laisser que ses délicats orteils que je me suis mis par reflex à sucer. Puis ce fut au tour de l'autre pied d'avoir le droit au même sort. La belle italienne s'est ensuite assise au niveau de mon estomac et a posé ses pieds sur mon visage, en me disant de me faire plaisir. Je ne me suis pas fait prier et me suis mis à lécher vigoureusement ces jolis petits pieds qui m'étaient offerts pendant plusieurs minutes.
Soudainement, Elena retira ses pieds de mon visage et est descendu de mon visage en disant :
- Bon il est 17h30, faut que je passe voir une pote qui habite pas loin pour lui passer un truc, bref. Ce soir je suis chez mon père et il est en déplacement pour le boulot. Si tu as envie de prolonger le plaisir, tu t'arranges avec tes parents et tu me retrouves à 18h devant le lycée avec tes affaires pour demain. On ira chez moi, j'ai quelques idées que j'ai trouvées sur internet pour s'amuser encore un petit peu. A tout à l'heure j'espère !
Et elle sortit, sans me laisser le temps de répondre. J'étais dans un état second après ce que je venais de vivre, mais je ne comptais pas m'arrêter là. Le temps de reprendre mes esprit, me rhabiller et préparer mes affaires, d'inventer une excuse bidon à mes parents et me voilà reparti en direction du lycée pour continuer ce conte de fée avec cette italienne de rêve.
A SUIVRE

Admin
Admin

Posts : 21
Points : 58
Join date : 2016-10-09

View user profile http://histoiresfetichistes.forumactif.com

Back to top Go down

- Similar topics
Share this post on: Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum